Le pain de seigle à l’ergot, cette brioche hallucinogène

Année 1313 du calendrier julien, alors qu’en Syrie les mamelouks repoussent  les mongols houlagides, dans une boulangerie à Paris :

Jehanne interpelle un commerçant :

-Mestre tamelier ! (aka boulanger, je le sais parce que pour les lycéens ardéchois, ce qui était mon cas, le moyen age première langue est obligatoire) donne m’en donc un miche de pain de seigle, veux tu ? Pis n’essaye donc pas de me refiler la plus vilaine des tes miches. Pis j’espère que ton seigle, il est pas moisi avec de l’ergot vlà donc ! 

-Ah ma bonne jeahnne, goute donc celui là, qu’en plus d’avoir le pouvoir de faire de toi une taiseuse comme tout ce qui mange, tu verras que tu oublieras pas celui ci ! Ah ça non ! tu risques pas de l’oublier comme t’as oublié ta créance !

 La bonne jehanne chope le pain de seigle sans demander son reste et mange la miche à pleine bouche. Quelques heures plus tard, Jehanne se mettait à déambuler dans les rues, se prenant pour jeanne de bourgogne hallucinant son mariage avec Philippe de Valoir, alors que bientôt elle serait prise de graves convulsions. 

Ce n’était malheureusement pas la première, ni la dernière victime de l’ergotisme au grand bonheur des consommateurs de LSD…..

Connu sous le nom de feu sacré, du mal des ardents, l’ergotisme était un fléau aussi redouté que la peste ou la lèpre (même s’il n’était pas contagieux). On pense qu’il fit environ 25 000 morts dans le Dauphiné pour la seule année 1709.

Il en existe certaines représentations dans la peinture de l’époque :

Le mal des mendiants de bruegel

Le mal des mendiants de bruegel

selon Grunewald

selon Grunewald

Amputation de jambe  à l’hôpital Antonin de Strasbourg (Gravure sur bois du Feldtbuch de Hans von GERSDORF, 1517)

Amputation de jambe
à l’hôpital Antonin de Strasbourg
(Gravure sur bois du Feldtbuch de Hans von GERSDORF, 1517)

Quel est l’agent responsable de l’ergotisme?

L’ergot cette moisissure

L’ergotisme  est une intoxication due à l’ingestion de céréales parasités par un mycélium  le claviceps purpurea ( l’ergot ).

tige de seigle ergoté. Le parasite ressemble à l’ergot du coq d’où son nom.

tige de seigle ergoté. Le parasite ressemble à l’ergot du coq d’où son nom

Patte de gallinacé montrant un ergot

Patte de gallinacé montrant un ergot

Collections de ..Biiipppp...séchées

Collections de ..Biiipppp…séchées

L’ergotisme entraine deux types de symptômes :

Tous commencent par  une ivresse ergotique (diarrhées, vomissements, douleurs abdominales..) et se prolongent soit par des convulsions soit par une gangrène. Tous ces troubles sont le résultat de toxines produite par l’ergot ayant un puissant effet vasoconstricteur (de diminution du diamètre des vaisseaux sanguins périphériques, empêchant une circulation sanguine correcte). La sensation de brulure des extrémités lui valut le nom de mal des ardents ou feu de Saint-antoine. Il pouvait être accompagné d‘hallucinations, parfois collective lorsque le village entier était atteint.

L’exposition répétée à l’ergot peut entrainer la mort. A cause des symptômes de gangrène bon nombres des amputés qui déambulaient au XVII eme siècle étaient des rescapés de cette maladie.

La répartition des  établissements destinés uniquement à traiter de ce mal, nous renseigne sur l’ampleur de cette calamité :

répartition des établissements s'occupant des malades atteints d'ergotisme

répartition des établissements s’occupant des malades atteints d’ergotisme

Si ce parasite est facile à repérer sur les céréales contaminées, la reconnaissance de la contamination des farines est  cependant plus ardue, car même s’il teint d’une couleur rougeatre la farine issue des céréales contaminées, cela est parfois difficile à détecter surtout pour les farines de couleur sombre comme celle du seigle.

La preuve de la responsabilité de l’ergot fut apporté au XVII eme par Thullier, docteur en médecine d’angers qui, pour prouver leur toxicité, donna à manger des grains de seigles à ses poules qui en périrent.

Malheureusement, même si la contamination des céréales était avérée et que les conséquences de l’utilisation d’une telle céréale ergoté étaient connues, elle était souvent  volontairement ignorée, suivant par la même, le célèbre adage moyen ageux :« quand on a rien à bouffer on ne chipote pas sur un pain hallucinogène ». Ou « entre famine et amputation, je choisis l’amputation » comme le prouve l’Abbé Tessier dans ses écrits concernant l’ergot, datant du XVIII eme siècle :

« … Par quelle fatalité arrive-t-il que les hommes persuadés qu’il peut leur faire du mal, ne font aucune difficulté de laisser l’ergot dans les grains dont ils se nourrissent ? demandait l’abbé Tessier . Car je ne puis douter de la manière de penser des habitants de la Sologne sur l’ergot. Tous ceux que j’ai interrogés dans le pays m’ont cité des exemples de ses funestes effets sur des personnes de leurs familles. Quelle peut être la cause de leur indifférence sur un point aussi essentiel, sinon leur extrême misère qui les rend sourds aux cris du danger ? ». 

Pourquoi le seigle, alors que l’ergot peut infecter presque toutes les céréales ?

Presque toutes les céréales sont potentiellement des hôtes de ce parasite, cependant le seigle est davantage parasité, car ses fleurs s’ouvrent plus tôt lors de la floraison (permettant une meilleure pénétration de l’ergot) et  parce que le seigle est plus souvent cultivé en milieu froid et humide, où l‘ergot se propage plus facilement. Le seigle était d’ailleurs, par coutume, très cultivé en France, comme le notait très justement Arthur Young dans son « voyage en France » en 1789 :

« … La surabondance de seigle dans toutes les parties de la France, même dans les plus riches, est probablement l’une des plus grossières absurdités de l’agriculture européenne ; le froment en est presque partout taché, selon le mot des cultivateurs ».

La nature même de l’agent biologique (ergot) responsable de ces excroissances sur les épis parasités fut longuement discutée, pour Diderot, c’était un défaut de génération, Pour Tillet, l’ergot était une réaction de la plante à une piqure d’insecte, pour d’autres encore cela était du aux brouillards. C’est au XIX eme siècle que le naturaliste De Candolle observera que l’ergot est un champignon parasite.

Pour se développer, l’ergot  reproduit le même cycle de développement au cours des saisons :

L’été, l’ergot produit un mycélium et des élements reproducteurs sont ainsi enrobés de nectar seront disséminés par les insectes. A l’arrivée de l’hiver, les filaments se transforment en tissu recouvert d’une écorce violoacée, le sclérote qui passera l’hiver au sol. Au printemps le sclérote produira des fructifications elle même productrices de spores qui contamineront de nouveaux plants.

cycle de l'ergot

cycle de l’ergot

l'ergot après avoir passé l'hiver germe et présente des fructifications, c'est la sclérote

l’ergot après avoir passé l’hiver germe et présente des fructifications, c’est le sclérote

L’étude du cycle de l’ergot permet de comprendre que c’est au moment de l’été, celui de « l’ergot nouveau »que l’infection des céréales était la plus importante, c’était aussi la période où l’ergotisme était à son plus haut niveau. Dans l’espoir de se soigner de ce mal ardents, nommé ainsi à cause des sensations de brulures qu’il procurait,  des pélerinages furent effectuées au monastère contenant les reliques de Saint Antoine,  un des saints qui fut un des premiers ermites chrétiens. Force est de constater que ces pèlerinages montraient un petit succès car, les malades s’éloignant temporairement de leur source d’intoxication, s’en trouvait soulagé.

L’ergot, producteur de drogues

Tous ces troubles: hallucinations, ivresse ergotique, délires, convulsions, grangrène,  sont donc le résultat de l’action des toxines produites par l’ergot ayant un puissant effet vasoconstricteur . Les toxines de l’ergot ont aussi un effet abortif, il était connu et  d’ailleurs utilisé par les sages femmes pour accélérer la délivrance.

Intrigué par ces symptômes et cet usage ancestral, En 1907, les chimistes Barger et Carr vont extraire du champignon une préparation d’alcaloïdes qu’ils appelèrent ergotoxine en raison de sa toxicité. Dix ans plus tard, le chimiste suisse Arthur Stoll, des laboratoires Sandoz, isola pour la première fois un alcaloïde purifié, l’ergotamine, utilisés dans les médicaments antihypertenseurs. Enfin en 1938, l’étude du 25 eme dérivé de l’regot permettra la découverte du LSD.

L’ergotisme à notre époque

coupure presseEn 1951 une série d’intoxication (l’affaire du pain maudit) survient en France dont la plus  sérieuse à Pont saint esprit fit 250 victimes (dont 50 internements en hôpital psychiatrique et 4 décès).

… fallait que ça tombe sur une ville nommée Pont Saint esprit. Sérieusement ?..

L’ergot fut soupçonné d’être à l’origine de cette intoxication sans que jamais une preuve ne soit fournie. Aujourd’hui toutes les hypothèses circulent, de l’utilisation d’agent blanchissant à l’expérimentation des effets du LSD par la CIA sur la population..

midi libre

Aujourd’hui, en France, l’ergotisme  en raison d’une intoxication alimentaire a pratiquement disparu grâce notamment « aux progrès de l’agronomie, l’assainissement des sols par des plantations de pins, notamment (exemple fameux de la forêt des Landes), la culture progressive du froment et surtout le développement de celle de la pomme de terre ».

Des cas d’ergotisme médicamenteux ont cependant été reportés souvent lors de la surconsommation d’antimigraineux contenants des alcaloides dérivés de l’ergotamine.

Pour aller plus loin, plus vite, plus fort:

Le dossier concernant l’ergotisme de l’académie de médecine de Toulouse

Dossier technique les mycotoxines des céréales

Maladies des vaisseaux Par Joseph Emmerich

La page wiki

Publicités

2 réponses à “Le pain de seigle à l’ergot, cette brioche hallucinogène

  1. Bonjour
    Intéressant mais attention une erreur importante, l’ergotamine est vasoconstrictrice, impossible de l’utiliser comme antihypertenseur , à moins de vouloir la mort du patient. L’ergotamine (caféinée) est utilisée comme antimigraineux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s